Entretien avec le jeune auteur français Franck Guilbert, à propos de son tout premier roman : Les Chemins du Destins (aux éditions Nuit d'Avril).

 

Oscurantis : Avec Les Chemins du destin, tu signes ton premier roman. Est-ce là ton premier essai en matière d'écriture ?

Franck Guilbert : Il m'est assez délicat de répondre à cette question, mais je dirais qu'effectivement, il s'agit de mon 
premier projet littéraire "d'envergure", même si j'ai écrit ma première nouvelle à dix ans.
 
Osc. : Les descriptions que tu fais de tes personnages les rendent très attachants, très proches du 
lecteur. Cela est-il dû à une identification de l'auteur à ces derniers et à l'utilisation d'éléments 
autobiographiques, ou à une aptitude de ta part à "sentir" les choses telles qu'ils les sentent 
afin de les rendre plus "vrais" ?
 
F.G. : Tous mes personnages principaux sont fictifs ; il y a très peu d'éléments autobiographiques dans le
récit. Seuls les lieux existent réellement, ainsi que tout ce qui se rapporte à la musique. Quand je 
construis une histoire, j'essaie simplement de me mettre à la place des héros ; je tente de deviner
quels sentiments ils pourraient éprouver, dans les circonstances où je les ai placés. Je ne sais pas si 
c'est cela qui les rend attachants, mais c'est la manière dont je travaille.
 
Osc. : Dans Les Chemins du Destin, ton approche du fantastique est très subtile, très proche 
du monde « concret » et pour ainsi dire presque "palpable". Le réel se confond avec le 
surnaturel. Est-ce là ta conception de "l'au-delà" ?
 
F.G. : Hum... Vaste question ! Sommes-nous vraiment capables de distinguer la limite entre le réel et le 
surnaturel ? L'au-delà ne sert-il pas à désigner tout ce qui est en dehors de notre perception,"au delà" de 
nos sens ? A mon avis, le surnaturel est le prolongement du réel, un réel que nous croyons connaître mais 
dont nous ne discernons qu'une simple illusion, bâtie sur de fausses certitudes. Ainsi, notre réel recèlerait, 
lui aussi, sa part desurnaturel...
D'un point de vue purement littéraire, je crois que, pour faire frémir un lecteur, il est nécessaire de le 
plonger dans un monde concret et rassurant, une sorte de cocon dans lequel le mystère doit faire 
intrusion, lentement mais sûrement. C'est là la grande différence entre le "fantastique pur" et ses deux 
genres cousins, la SF et la fantasy, qui se déroulent dans des mondes totalement imaginaires.
 
Osc. : Ton roman fourmille d'allusions à la culture dark/goth (notament avec la B.O. qui accompagne 
tes pages, rythmée par les Fields of the Nephilim). Quels sont tes relations avec ce milieu ?
 
F.G. : Sans être goth (toutefois, je suis allé dans des soirées gothiques en Belgique, quand j'habitais à Lille), je 
me sens proche de cette culture. Car c'est une véritable culture, avec sa musique, sa littérature, sa 
peinture... Il s'agit même d'un authentique Art de vivre qui, j'en suis convaincu, nous vient de la nuit des 
temps.
Quant aux Fields Of The Nephilim, ils ont toujours fait partie de mes groupes préférés. Je considère leur 
album Elyzium comme l'une des références du rock. J'ai rédigé certains passages des 
Chemins du Destin sous l'influence directe de leur musique, dont je m'imprégnais avant de me
livrer à mes séances d'écriture.
 
Osc. : Quels sont les auteurs avec lesquels tu te sens le plus d'affinités ?
 
F.G. : Mes influences littéraires se trouvent dans les oeuvres fantastiques du XIXème siècle : Stocker, 
Hoffmann, Poe ou Maupassant figurent parmi les écrivains que je vénère. Malheureusement, en France, 
on ne leur accorde pas la place qu'ils méritent dans le panthéon de la littérature. Depuis les années 1940, 
notre pays considère le fantastique comme un genre mineur. Cela coïncide d'ailleurs avec le quasi 
abandon de nos recherches en parapsychologie, domaine où nous avons maintenant un retard 
considérable par rapport à d'autres nations. Nous nous réfugions derrière notre esprit cartésien pour 
refuser en bloc tout ce qui touche au paranormal ; or celui-ci est le terreau sur lequel fleurit l'inspiration 
fantastique.
 
Osc. : Tu as publié ton roman en auto-édition. Qu'est-ce qui t'a poussé à avoir recours à ce mode de 
publication, et quels sont ses avantages par rapport au circuit "habituel" ?
 
F.G. : En réalité, nous avons créé, avec quelques amis, les Editions Nuit d'Avril, qui fonctionnent sous une 
structure associative. Les Chemins du Destin sont notre première publication, mais nous espérons 
bien éditer autre chose que du Franck Guilbert, à condition que les oeuvres choisies correspondent
à notre créneau : le fantastique pur.
Pour un auteur, avoir recours à un tel système d'édition revêt un avantage de poids : les oeuvres sont 
publiées sous leur forme originale et ne subissent pas de transformations destinées à les rendre plus 
commerciales.
Par contre, on se prive du système traditionnel de distribution. Ainsi, Les Chemins du Destin sont 
seulement disponibles par correspondance ou dans quelques rares points de vente. Personnellement, 
cela ne me gêne pas, d'autant plus que le tirage est très limité et que je tiens à garder ce côté un peu 
"underground".
 
Osc. : Quel est ton avis sur la production littéraire française en matière de littératures de l'imaginaire ?
 
F.G. : Les sorties des grandes maisons d'édition m'intéressent à peine, car je préfère garder un oeil 
constamment ouvert sur les parutions peu médiatisées, parmi lesquelles se trouvent des oeuvres 
souvent remarquables. Ainsi, Carmélia, le premier roman de Gérald Duchemin (aux Editions Le
Chat Rouge), est une petite merveille d'inspiration et d'écriture. J'ai également été très impressionné 
par la nouvelle Hybrides, de Sire Cédric, dans le recueil Forces Obscures 3. Et que dire du superbe 
roman Autopsy de Mia Cage, sorti il y a deux ans et malheureusement devenu introuvable :
malgré ses quatre cent pages, il est impossible de le lâcher de la première à la dernière ligne !
Nous possédons, en France, des auteurs de talent dans le domaine du fantastique, mais ils sont 
méprisés par les maisons d'édition traditionnelles. Comme je l'ai dit plus haut, ce genre littéraire est
négligé dans notre pays. Un écrivain célèbre a récemment expliqué à une de  mes amies que, chez nous, 
le fantastique ne se vendait pas ! Mais je suis persuadé qu'à côté des écrivains anglo-saxons qui nous 
dament le pion, il y a la place pour une production hexagonale de qualité. Voilà la raison
d'être des Editions Nuit d'Avril : donner enfin ses lettres de noblesse à une littérature fantastique 
française, ancrée dans notre culture et nos traditions.
 
Osc. : Quels sont tes projets, à plus ou moins long terme ? De nouvelles publications en vue ?
 
F.G. : D'ici quelques semaines, mon deuxième roman devrait être publié. Il s'agit d'un prolongement des 
Chemins du Destin. Je n'emploie pas le mot "suite" car les deux ouvrages sont indépendants: il n'est 
pas nécessaire d'avoir lu le premier pour comprendre le deuxième. Ensuite, un recueil de nouvelles
devrait voir le jour.
 
Osc. : Merci d'avoir bien voulu répondre à ces quelques questions !
 
F.G. : C'est à moi de te remercier de m'avoir ouvert les pages de ton remarquable site !

Juin 2003

  N'hésitez-pas à visiter le site de Franck Guilbert

...et à faire un petit tour sur celui des Editions Nuit d'Avril

Imaginez qu'une personne venue de l'au-delà vienne bouleverser votre destin...

David est enchanté de partir en vacances avec la femme de sa vie. D'autant plus qu'il a loué l'ancienne maison de campagne de ses parents. Mais les souvenirs qui vont resurgir de sa mémoire ne seront pas ceux auxquels ils s'attendait... Tout au long de ce récit où les rêves se confondent avec la réalité, où le passé se mêle au présent, les destinées du héros et d'une belle inconnue vont se croiser sans jamais se rejoindre, jusqu'au dénouement, où le cours naturel de la vie reprend ses droits. Enfin, presque...

LES CHEMINS DU DESTIN

Roman de Franck Guilbert

Primé au Xème Concours Littéraire International

disponible en version papier, 270 pages, format 210 x 150

Prix : 14,95 Euros, port compris pour la France métropolitaine

 

 

Pour commander Les Chemins du Destin :

- paiement par carte sur site 100% sécurisé: http://www.priceminister.com/offer/buy/1372882/PR000
- paiement par chèque de 14,95 Euros (France métropolitaine uniquement): notez votre adresse sur papier 
libre et faites parvenir votre règlement à :
Editions Nuit d'Avril - 120 rue de la Division Leclerc - 91310 LINAS