Le Cabaret vert Recueil d'Estelle Valls de Gomis (ed. Nuit d'Avril)

Les nouvelles d'Estelle Valls de Gomis nous plongent dans un univers 
peuplé de dandies décadents, de vampires, de dieux et de héros de la 
mythologie grecque, un univers servi par un style délicat rendant hommage 
aux grands nouvellistes du XIXe que furent Gautier, Mérimée ou Lorrain. 
Au fil des pages de ce recueil magnifiquement préfacé par Léa Silhol, on 
se laisse prendre entre les fils de soie n cocon d'écriture subtil et 
raffiné, qui nous embarque dans un voyage où l'émerveillement et le 
plaisir de lire ne se démentent jamais.
 
" La plume d'Estelle ne s'épanche jamais dans la veine d'une littérature 
du désespoir mais, au contraire, dans les rigoles joueuses d'un esprit 
ludique, vif, envolé et souvent drôle, qui est la véritable originalité de 
son pari d'écrivain. " 			 

Léa Silhol  *****

  Disponible en version papier, 196 pages, format 210 x 150 Couverture illustrée par Michelle Blessemaille Prix : 14.90 Euros, port compris [Les Editions d'Avril]

Le Cabaret Vert, paru aux Éditions Nuit d'Avril, est le troisième recueil d'Estelle Valls de Gomis. Après Les Gentlemen de l'Étrange (au Calepin Jaune) et Des Roses et des Monstres (aux Éditions du CoLibris), voici donc son tout dernier recueil de nouvelles, que nous attendions, tous crocs sortis, avec une certaine impatience. Ce recueil, magnifiquement illustré par une couverture signée Michelle Blessemaille, se compose de 16 nouvelles toutes dédiées, soit à des thèmes, soit à des personnages présents ou passés, qui ont influencé l'auteur. Outre les thèmes chers à Estelle, vampires & dandies, XIXe siècle et décadence, et mythologie grecque, nous trouvons également le thème de la mort à travers Les Frères du Corail - qui est une sorte de conte - ainsi que Les Lames du Temps. Le Diable ou plutôt le thème du pacte diabolique est présent via Le Libertin, le Dandy et le Loup noir, ou encore Le Sang de l'Art. L'ensemble du travail d'Estelle Valls de Gomis s'inscrit dans la fantasy. Les personnages mis en scène ne sont nullement effrayés par les mésaventures qui leur arrivent, et à aucun moment les nouvelles sont teintées de tristesse, au contraire, l'étonnement et l'amusement - de la part des personnages comme de la part du lecteur - règnent. Ce qui caractérise les nouvelles de ce recueil, c'est une sorte d'incursion dans la vie des personnages à un moment donné, vie qui continue une fois le livre refermé. Et les connaisseurs ne manqueront pas d'être amusés par les clins d'œil de l'auteur. Estelle reprend donc le thème des vampires, certains mythes grecs, et les façonne à sa manière nous donnant ainsi sa propre vision. À travers la fluidité et le raffinement de ses écrits, Estelle sait transporter son lecteur vers ces époques révolues. Certaines nouvelles sont particulièrement marquantes, telles Les Frères du Corail, Pour des torrents d'or pur ou Les ors de Poséidon, Sent pour sang, La Métamorphose d'Aphrodite, Le Sang de l'Art ou encore Dans les Draps de Morphée.   Une fois de plus, les Éditions Nuit d'Avril ne vont pas décevoir leurs lecteurs, le recueil d'Estelle Valls de Gomis qui est un de leur premier recueil de nouvelles, est un petit bijou à choyer, confirmant leur place parmi les grands. Soulignons la préface signée par la grande Dame de la fantasy, Léa Silhol, qui gratifie l'ensemble de ce recueil de ses vues tranchantes.   Nous ne pouvons que tomber sous le charme des personnages d'Estelle ; ces personnages issus des temps anciens, pas si éloignés que ça ; de cette époque, où l'élégance, le savoir-vivre étaient de rigueur, où dandies, marquises, et autres gens, savaient apprécier ces valeurs, où le formatage systématique n'avait pas encore souillé de ses miasmes, damoiselles et jouvenceaux ! C'est avec une profonde reconnaissance envers Estelle que nous dévorons son recueil, qui permet aux nostalgiques des temps passés, de rêver, de croire qu'ici ou là, quelque part, se cachent encore des Dorian Gray, que peut-être nous entr'apercevrons au détour d'une ruelle les pans en velours d'une cape, ou encore les dentelles soyeuses des chemises à jabot couvrant les torses glabres des hommes, et rendant de ce fait possibles toutes les rencontres…

[Morgane Guingouain]

 
Les Miasmes de la claustration Roman de Olivier Déhenne (ed. K-inite)   Un établissement psychiatrique. Une chambre. Un cahier. L'auteur de ce cahier vient de mettre fin à ses jours. C'est le contenu de ce cahier qui est retranscrit ici.
Louis, trentaine alcoolique, vit en reclus dans un appartement qui lui tient 
lieu de seconde peau. Cynique, désabusé, il foule aux pieds les 
principes d'une société qui l'a rejeté et qu'il abhorre. 
Une oeuvre baignée de folie où l'impulsif côtoie la logique. C'est à une 
descente psychologique qu'est confronté le lecteur, une chute en 
apnée dans le puits du mal-être. Regard acide, climat étouffant. 
Ce premier roman est un cri. Une bulle de souffrance qui crève à 
chaque page. 

*****

Les Miasmes de la claustration est le premier roman d'Olivier Déhenne, 
le chef de file d'Eros Necropsique. Et en fans absolus de ce groupe atypique 
de la scène goth française, malheureusement trop rare et qu'il FAUT avoir 
vu sur scène, c'est avec un plaisir immense que nous retrouvons les 
couleurs qui sont chères à l'auteur : un livre d'une noirceur abyssale, 
mais percé d'instants de pure beauté. Avec un style charnel, corporel et 
pour ainsi dire, coprophile, mais qui - bel exploit ! - ne tombe jamais dans 
une vulgarité à simple vocation choquante, il nous conte des histoires 
d'amours croisées et tragiques, tout en livrant une critique acerbe d'une 
société qui nous emmure.
 
Louis, anti-héros névrosé, alcoolique et "désintégré" (dans tous les sens 
du terme)  jette ses vomissures désabusées sur ces "autres" qui vivent dans 
leur confortable intégration dans un monde trop étroit. Ses enfermements dans
onnent lieu à des huis clos étouffants, qui créent une atmosphère 
propice aux introspections. Celles du héros, mais aussi, et c'est sans 
doute là le coup de maître de ce livre, celles du lecteur. 
Qu'on aime ou pas la violence des images, la férocité des arguments, 
la cruauté de certaines descriptions (les scènes scato et SM pourront 
ébranler les estomacs des plus prudes), ils touchent au but, car ils ne 
sont jamais gratuits, tombent juste et amènent des interrogations personnelles,
fondamentales.
Il est des livres que l'on lit pour tuer le temps. Mais il en est d'autres, 
plus rares, dont on garde l'expérience pour soi. Parce qu'ils exhument 
des questions dont nous dissimulons souvent les réponses en nous.
Celui-ci, assurément, est un de ceux-là.

15 euros 164 pages isbn : 2-915551-03-0 éditions K-inite rue de Douai 75009 Paris  

Le Pénitent du Diable Roman de Thierry Iochem (ed. Nuit d'avril)

Un crime atroce est commis dans le jardin du monastère de Saint-
Ambroise, une petite bourgade tranquille. L’arme du crime, un crucifix 
noir, disparaît mystérieusement. Les soupçons se dirigent vers le frère 
Simon, qui a découvert le corps mutilé de la jeune Mathilde.
Renvoyé sans ménagement du monastère, Simon voit s’ouvrir devant 
lui la bouche béante de notre société au visage hideux, avec ses 
tentations et ses vices. De rencontres en rencontres, il part dans son 
exil à la conquête du territoire le plus méconnu qui soit : sa propre 
conscience du Bien et du Mal.
Voyageur égaré dans un monde hostile gangrené par l’Antéchrist, le 
mensonge, la cupidité et la jalousie, Simon parviendra-t-il, armé de sa 
seule Foi, à démasquer le coupable et rétablir ce qu’il croit être la 
Vérité ?

*****

Avec Le Pénitent du Diable, Thierry Iochem signe son second 
roman (après Les Dessous de l'Iceberg, aux éditions Lettres 
du Monde, 1998). Une histoire policière rondement menée
 et une intrigue bien ficelée, servie par un anti-héros que sa 
naïveté rend très attachante. Les fausses pistes abondent, 
et le dénouement est aussi surprenant que le doit être celui 
d'un bon policier. Et assurément, Le Pénitent du Diable en est 
un. 
On notera une certaine vision d'un mouvement gothique "rural" 
qui fera sans doute hurler (de rage, ou de rire) les plus réac' 
et les plus (puisque déjà des grognements s'élèvent ici et là) 
qu'il s'agit de la vision qu'en ont les personnages du livre, pas 
nécessairement celle de son auteur.       
Quoi qu'il en soit, Le Pénitent du Diable reste un très agréable 
moment de lecture. Encore un joli coup des Editions Nuit 
d'Avril !

Disponible en version papier, 150 pages, format 210 x 150 Paru le 15 Décembre 2004, ISBN: 2-35072-002-0 Couverture illustrée par Michelle Blessemaille Prix : 13.50 Euros, port compris [Les Editions d'Avril]

Necrophilia Roman de Mia Cage (ed. Nuit d'avril)

Laurène Parme, médecin légiste à l’Institut Médico-Légal de Paris, s’intéresse de très près à la série de meurtres qui secoue le cimetière du Père-Lachaise. La descente aux enfers commence à l’instant même où l’on amène à la morgue le corps mutilé d’Alexandra Petit. Les Parisiens sont frappés d’horreur devant la sauvagerie du crime, mais le tueur reste introuvable.

Malgré les étranges conclusions de l’autopsie, le commissaire chargé de l’enquête favorise la piste du fossoyeur André Masson que tout accuse. Mais le Docteur Laurène Parme est contacté par Bernardi, ancien nécrophile notoire. Dès lors, un curieux pressentiment la hante : un terrible danger les menace tous. Qui se cache réellement derrière le tueur du Père-Lachaise ?

En réalité, le pire reste à venir.

Avec Necrophilia, Mia Cage mêle habilement polar et fantastique. Le suspense est présent à chaque page et la psychologie des personnages est remarquable. La version initiale de ce passionnant roman a valu à l’auteur d’être lauréate du prix des Ecrivains de Demain en 2001.

***** « Un pur bijou... A ne rater sous aucun prétexte. Qui sait ce qui pourrait vous arriver ? » Les Chroniques de l'Imaginaire « Necrophilia est un roman dense, riche et malgré cela sa lecture est facile et agréable, il constitue un excellent divertissement qui vous amène à réfléchir sur le pourquoi de la vie et l’existence des choses. » Le Fantastique .NET « L'épatante Mia Cage nous recolle une bonne frayeur avec Necrophilia, un thriller fantastique autour du cimetière du Père-Lachaise, qui se déglingue peu à peu dans l'horreur la plus noire. » D-Side magazine

 

Disponible en version papier, 322 pages, format 210 x 150 Paru en Juin 2004, ISBN: 2-9519741-5-9 Couverture de Michelle Blessemaille Prix : 17.90 Euros, port compris [Les Editions Nuit d'Avril]

 

 

 

 

Et la lumière disparaît Franck Guilbert (ed. Nuit d'avril)

Depuis la disparition tragique de la famille de sa nièce, Martha n'espère plus grand chose de la vie, à quatre-vingts ans passés. Une fois par mois, elle se rend à la cathédrale, pour y faire brûler trois cierges en souvenir des défunts.

Lors d'une visise, un surprenant détail la frappe, sur l'un des vitraux. Et, le lendemain, elle est assaillie par une étrange vision, près d'un étang de pêche. Il lui semble clairement qu'on l'appelle, à des centaines de kilomètres de là... Alors, elle décide de partir à l'aventure, sans se douter que son périple la mènera dans un mystérieux manoir écossais...

Ce troisième roman de Franck Guilbert marque la fin d'une trilogie amorcée avec les Chemins du Destin et poursuivie avec Au Lendemain du dernier Jour. Il s'agit de trois récits indépendants où l'on retrouve les mêmes personnages, unis dans la lutte du Bien contre le Mal.

Disponible en version papier, 308 pages, format 210 x 150 Couverture de Michelle Blessemaille Paru en Juillet 2004, ISBN: 2-9519741-6-7 Prix : 16.90 Euros, port compris [Les Editions Nuit d'Avril]

 Nous nous reverrons... hier Fabrice Nicolas (ed. Nuit d'avril)

11 août 1999. Nico, jeune et insouciant étudiant, se rend sur l’Esplanade du Trocadéro, en compagnie de ses amis Capucine et Bob, pour assister à l’éclipse de soleil tant attendue, en cette fin de millénaire. Et c’est là que le cauchemar commence...

Nico se retrouve soudain projeté dans le passé, lors du débarquement des Alliés en Normandie, en pleine deuxième guerre mondiale. Mais quelque chose ne tourne pas rond… Il semblerait, cette fois, que l’armée américaine n’ait pas le dessus.

Que s’est-il passé en 2112, alors que les scientifiques de l’avenir étudient la possibilité de voyager dans le temps ? Auraient-ils ouvert une brèche susceptible de bouleverser l’Histoire ?

C’est le début d’une incroyable aventure, qui mènera Nico et ses amis du passé au futur et du futur au passé. Un premier livre remarquable, mêlant avec brio roman historique, récit de Science Fiction et conte fantastique

Disponible en version papier, 564 pages, format 210 x 150 Couverture de Michelle Blessemaille Paru le 30 Août 2004, ISBN: 2-9519741-7-5 Prix : 23.50 Euros, port compris [Les Editions Nuit d'Avril]    

 

La Croix du Néant Emmanuelle Maia (ed. Nuit d'avril)

Geoffrey McEnzie, jeune garçon obèse, vit à Lushtown, un bourg isolé au cœur des Montagnes Rocheuses. Souffre-douleur des élèves de l’école comme des adultes, il caresse l’espoir de se venger sur ceux qui le rejettent depuis sa plus tendre enfance. Et la liste est longue !

Aussi, lorsqu’il rencontre Roman Beltane, un personnage énigmatique qui lui offre sa revanche, le jeune garçon n’hésite pas. Il devrait pourtant savoir qu’il vaut mieux se méfier des inconnus.

Sur les terres de la vieille Europe, de terribles cauchemars assaillent Fiora Carini. Mais quel rapport entre les deux conspirateurs et cette jeune italienne ? Et pourquoi leurs actes malveillants viendraient-ils hanter ses nuits ?

Avec horreur, Fiora va se découvrir peu à peu comme l’héritière d’une très vieille malédiction familiale. Une malédiction qui plonge ses racines empoisonnées dans le XVème siècle et qui pourrait bien signer la fin des temps pour l’humanité. Car Roman possède l’arme ultime. Et il a bien l’intention de se servir de l’enfant pour, de la croix, libérer le néant.

Disponible en version papier, 335 pages, format 210 x 150 Paru le 7 Octobre 2004, ISBN: 2-9519741-9-1 Prix : 17.90 Euros, port compris [Les Editions Nuit d'Avril]

 
La Perle d'éternité roman de Céline Guillaume (ed. Nuit d'avril)

"Après le décès de son fiancé, Blandine s'est jurée de continuer les recherches archéologiques qu'il menait sur le site d'Aube-Croix, une ancienne forteresse médiévale au passé troublant.

Quand Charles Cornier, le propriétaire, l'acceille pour un stage d'été, la jeune femme est loin de se douter que d'étranges évènements surviennendront, tout au long de son séjour. Et, lorsqu'un beau matin, elle se réveille avec, au doigt, une bague ancienne apparue de manière inexplicable, elle comprend que, pour elle, la quête de sa propre identité vient de commencer.

Quel rôle va jouer, dans sa vie, l'apparition qui survient parfois au milieu des ruines et, surtout, quel sera celui de l'inquiétant propriétaire des lieux ?"

*****

Un roman fantastique envoûtant, mais aussi, et peut-être avant tout, une belle histoire d'amour au delà de la mort et au delà du temps. Dans ce premier roman, Céline Guillaume parvient sans mal à nous emporter dans son récit. Une écriture directe, des personnages attachants et cohérents. Un talent à suivre, assurément !

Disponible en version papier, 100 pages, format 210 x 150 Paru le 3 Septembre 2004, ISBN: 2-9519741-8-3 Couverture de Michelle Blessemaille Prix : 10.50 Euros, port compris Pour en savoir plus : [Les Editions Nuit d'Avril]                    
 

Lacrimas Profundere Ave End (Napalm records)

Le sixième album du groupe de l'allemand Oliver Nikolas, formé en 1993. Après un précédent album, "Fall, I will follow", qui n'est pas passé inaperçu (Top20 des charts radio US, Top15 des charts DJ allemands pendant 12 semaines), et après leur tournée avec Paradise Lost, ils nous reviennent avec ce nouvel opus, "Ave End".

Un album plus sombre et plus atmosphèrique que leurs précédents travaux, notamment grâce à la présence des quelques notes bien placées du piano de Christian et à la voix profonde de Christopher Nikolas. On retrouve des sonorités qui rappellent furieusement un 69 Eyes ou un bon Paradise Lost (rien que ça !). On retiendra certains titres particulièrement accrocheurs, comme To bleed or not to bleed ou Testified, dont les mélodies n'ont pas fini de vous trotter dans la tête une fois qu'elles ont passé vos oreilles...

(juillet 2004)

Tracklist : 
One hope's evening
Ave end
To bleed or not to bleed
Sarah Lou
Amber Girl
Testified
Astronautumn
evade
Wake Down
black
Come, solitude

[Lacrimas Profundere's web site]