Histoire d'un soir et autres épouvantes

recueil de Claude Bolduc

Auteur de près de quatre-vingt-dix nouvelles publiées en France, en Belgique et au Québec dont il est originaire, Claude Bolduc est depuis longtemps déjà une référence sûre en matière de fantastique. Avec son dernier recueil : Histoire d'un soir et autres épouvantes (paru aux éditions Vent d'ouest), il nous fait une nouvelle fois la démonstration de sa parfaite maîtrise de son art de la forme courte.

Le temps de 7 nouvelles et d'une novella, toutes déjà publiées en revues ou en fanzines, l'auteur nous plonge dans des atmosphères puissantes, dérangeantes et ne nous laisse pas le loisir de nous endormir tranquillement sur notre oreiller. Car avec Claude Bolduc, le quotidien a vite fait de déraper dans l'enfer le plus sombre. Et c'est tant mieux !

Mêlant sensualité et épouvante pure (car définitivement, Bolduc n'est pas seulement auteur de livres pour la jeunesse, loin s'en faut !), profane et sacré, fouillant dans les profondeurs les plus obscures de l'âme humaine, il prouve une fois de plus qu'il est une grande plume du genre qui, si elle a su tisser des liens forts avec nos voisins Belges (on pense naturellement à Michel Rozenberg, dont la parenté de travail est délicieusement évidente), mériterait grandement un écho plus important en France.

En toute subjectivité, parmi les textes de cet ouvrage noir, nous citerons l'efficacité redoutable et diablement cauchemardesque de Vieilles Peaux, la savoureuse irrévérence de Communion et le très réjouissant Toujours plus bas, novella qui occupe près de la moitié du volume ayant remporté le Prix Boréal 2007, qui est un joli petit chef d'œuvre du genre, mettant en scène une ambiance vaudoue très réussie et marquante.

Avec Histoire d'un soir et autres épouvantes, l'amateur de choc, d'angoisse pure, d'insolence et de claustrophobie trouvera largement de quoi combler ses nuits sans sommeil.

Un ouvrage à dévorer (comme il se doit !) d'urgence.

 
 

On dit que la nuit, tous les chats sont gris. On en dit aussi qu'elle porte conseil, et quantité d'autres choses. Il est toutefois un pouvoir de la nuit qu'on ne dit pas.

Car non contente de recouvrir les lieux, de dissoudre les contours, de métamorphoser le monde qui nous entoure, la nuit efface aussi la nature factice des gens de jour, révélant d'inavouables facettes que chacun enfouit en soi. La nuit libère les prédateurs, gare à l'imprudent! Mais la nuit, surtout, libère les forces fantastiques tapies si près, oh! si près de nous.

Prenez cet homme, assis près de vous, sur le banc d'un parc. Ou cette silhouette qui glisse sur un rideau de ténèbres. Pensez au plancher qui craque dans l'obscurité de votre chambre, à ce type bizarre qui vous regarde dans un bar.

Nuit de la terre, nuit de l'âme, l'une et l'autre délétère ou petit morceau d'enfer. Histoire d'un soir et autres épouvantes : un rendez-vous avec la peur.

*****

Histoire d'un soir et autres épouvantes recueil de Claude Bolduc éditions Vents d'Ouest 2006, 151 pages ISBN : 978-2-89537-116-8