Joseph Sheridan Le Fanu

 

Issu d'une famille de vieille souche normande qui s'était réfugiée en Irlande lors de la révocation de l'Édit de Nantes, Le Fanu vécut toute sa vie à Dublin dans sa somptueuse maison de Marrion Square, au centre même de la capitale irlandaise. Il fit ses études au Trinity College (où devaient le suivre quelques années plus tard Bram Stoker et Oscar Wilde) et s'engagea très vite dans le journalisme puisqu'il collabora à de très nombreuses revues dublinoises, en particulier le Dublin University Magazine et l'Evening Mail dont il devint par la suite le directeur.

Féru d'écriture (son grand-oncle était Richard Brinsley Sheridan, auteur de la célèbre "École de la Médisance" ), Le Fanu commença à écrire quelques nouvelles, puis des romans qui furent publiés régulièrement dans tous les journaux du pays.

Le Fanu était perçu comme un mondain, très prisé dans la bonne société de Dublin, il rencontrera même le jeune Stoker, alors journaliste débutant, dans les salons de la famille Wilde qui habitait, comme lui, à Merrion Square ; mais deux drames vinrent mettre fin à cette vie d'apparat. En 1841, Catherine, la soeur chérie de Le Fanu, meurt, puis c'est au tour de sa propre femme, Suzanne, de s'éteindre après plusieurs années de maladie due à la fragilité de son système nerveux. Dès lors, Le Fanu se retire complètement du monde pour se terrer dans sa maison de Merrion Square avec pour seule compagnie la dernière de ses filles non mariée.

 

 

Il ne cessera plus d'écrire, s'imprégnant des théories du théosophe suédois Swedenborg, et ce jusqu'à l'épuisement (tout comme Stoker quelques années plus tard, et comme toute victime de vampire...). Il s'éteindra une nuit de février 1873 alors qu'il était encore en train de mettre la dernière main à un roman inachevé dont le titre était prémonitoire : "Prêt à Mourir".

On doit à Le Fanu d'être l'inventeur d'un style littéraire qui fit fureur en Angleterre à la fin du XIXe siècle, la "short story ", des nouvelles courtes, très souvent d'inspiration fantastique ; mais c'est surtout son court roman "Carmilla" qui mérite attention. En effet, cette histoire publiée en 1871 passe pour être la première histoire de vampire féminin moderne et elle fut de toute évidence à l'origine l'une des principales sources d'inspiration de Bram Stoker pour l'écriture de Dracula.

Celui-ci s'était en effet enthousiasmé lors de la publication du livre à Dublin alors qu'il était encore étudiant, et il devait s'en souvenir plus de vingt ans plus tard en écrivant l'histoire de son vampire venu des Carpates. Stoker s'est également inspiré d'une autre nouvelle de Le Fanu en écrivant "La maison du Juge", adaptée de "Mr le Juge Hartbottle", nouvelle figurant dans le célèbre recueil de Le Fanu "In a Glass Darkly" publié en France sous le titre "Les Créatures du Miroir".

On peut encore aujourd'hui retrouver la maison où vécut Le Fanu et où il mourut à Dublin, au 70 Merrion Square, en plein centre de la ville, à quelques centaines de mètres de Trinity College, face à la demeure d'Oscar Wilde.